Dépendance

DependanceAvec l’espérance de vie des Français s’est nettement améliorée, ainsi qu’une population vieillissante, près de 4 millions de personnes âgées seraient entièrement ou partiellement dépendantes d’ici 2040, selon les chiffres du Ministère de la Santé.

Besoin d'un hébergement ?

Contactez-nous

Le papy-boom est en marche

Le saviez-vous qu’en 2011, c’est la France qui détendait le record de longévité, sur l’ensemble des pays européens ? C’est un fait maintenant. Il n’y a plus de doute pour ce qui est du vieillissement inéluctable de la population française. Une réalité déjà confirmée par les dernières projections réalisées par L'Institut national de la statistique et des études économiques. En effet, d’après les études faites par cet organisme, 31 % des Français frôleront les soixante ans, contre 21 % seulement pour les vingt ans d’ici 2035. Logiquement, les individus de plus de 75 ans franchiront le cap des 8 millions, sinon 5,4 millions pour les 85 ans et plus. Avec une nette croissance du nombre des personnes âgées, c’est synonyme également d’une augmentation de manière exponentielle des seniors qui sont en perte d’autonomie mentale ou physique et donc dépendants. D’ailleurs, l’Insee chiffre à 2 millions le nombre des Français en dépendance dans une dizaine d’années. Rappelons qu’en 2011, l’on recensait déjà quelque 1,5 million de dépendances, dont 55 % dans un état partiel et total.

Quand parle-t-on de la dépendance d’une personne âgée ?

Alors que la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie ou CNSA préfère plutôt utiliser le terme d’altération d’autonomie, un senior peut-être qualifié de dépendant, lorsque celui-ci perd entièrement ou partiellement son autonome. Plus précisément, la personne concernée n’arrive tout simplement plus à se prendre en charge toute seule, mais surtout aussi exécuter de son propre chef les gestes basiques et indispensables de la vie quotidienne comme se lever, faire ses toilettes, faire ses besoins, se nourrir, s’habiller ou encore se déplacer. Ainsi, selon chaque cas, cette perte d’indépendance peut être physique ou mentale et quelquefois aussi les deux. À noter cependant que la dépendance d’une personne âgée ne peut être considérée comme une maladie. Ce sont plutôt les séquelles et les répercussions d’une pathologie chronique grave, ou du vieillissement de la personne. Et parmi les causes fréquentes de perte d’autonomie est la maladie d’Alzeihmer. En effet, les personnes touchées par cette maladie souffrent de détérioration mentale à long terme et doivent être placées dans des structures spécialisées.