Parkinson

ParkinsonLe saviez-vous qu’après l’Alzheimer, c’est la maladie de Parkinson qui est à l’origine de la dépendance des personnes âgées ? Entrant également dans la catégorie des maladies neurologiques chroniques dégénératives, cette pathologique mérite d’être connue.

Besoin d'un hébergement ?

Contactez-nous

Des causes encore mal cernées

Tout comme la maladie d’Alzheimer, le Parkinson s’attaque également au cerveau. Ce sont plus précisément les neurones appartement à la substance noire, au cœur du système cérébral qui sont touchés. Rappelons qu’en sécrétant la dopamine, ces derniers sont responsables du contrôle et de la coordination des mouvements du corps humain. D’où les grands tremblements incontrôlables et les raideurs très désagréables dans l’accomplissement des gestes au quotidien. Malheureusement, malgré les nombreuses recherches menées dans les quatre coins du monde, l’on ignore encore les causes à l’origine de la dégénérescence de ces neurones. Toutefois, les scientifiques n’écartent pas les facteurs génétiques, l’intoxication aux métaux lourds, la consommation continue de drogues contaminées comme l’héroïne, ou encore une longue exposition à des pesticides, ainsi qu’à des produits chimiques.

Les symptômes

C’est généralement vers la cinquantaine que les premiers symptômes de la maladie de Parkinson apparaissent. Les premières indications restent bien sûr les tremblements incessants et rythmiques des mains qui sont souvent confondus avec les singes de vieillesse. Néanmoins, dans certains cas, certaines personnes touchées par le Parkinson ne souffrent pas du tout de tremblements. Mais quoi qu’il en soit, dès que les manifestations comme la raideur des membres apparaissent, il est fortement recommandé de consulter immédiatement un médecin, pour confirmer le diagnostic. En effet, également appelé hypertonie, cette rigidité fait partie des symptômes principaux de la maladie de Parkinson, puisque cette dernière concerne surtout les articulations. D’ailleurs, lorsque la maladie est à un stade avancé, il devient impossible pour les personnes touchées d’accomplir les gestes basiques au quotidien. Enfin, le tremblement et l’hypertonie sont généralement complétés par l’akinésie qui se caractérisera par la lenteur des mouvements du malade, dont particulièrement la démarche.

Comment traiter la maladie de Parkinson ?

Actuellement, il n’y aucun médicament qui guérit le Parkinson. À terme donc, la maladie ne peut qu’entraîner la mort des neurones de la substance noire. Fort heureusement, si la pathologie est dépistée à temps, un traitement est mis en place, de cohésion avec le médecin traitant du malade et généralement un neurologue. Néanmoins, si besoin est, d’autres professionnels médicaux sont également mis à contribution comme le kinésithérapeute par exemple. Un protocole de traitement qui aura pour objectifs principaux tout d’abord le ralentissement de la progression de la maladie, mais surtout l’amélioration de la qualité de vie des individus concernés. Ainsi, selon chaque cas, les soins peuvent compter des prises médicamenteuses pour surtout pallier aux manques de dopamine dans l’organisme. Un traitement qui peut déjà atténuer les tremblements et les raideurs des membres. En parallèle, des séances régulières de kinésithérapies peuvent être aussi programmées.